PSMarlydemain
5 avril 2019

Marly Laurent Degallaix en opération déminage sur le terrain du golf

par La Section | Catégorie : Actualité Municipale | consulté 43 fois

Art : La Voix du Nord Cécile Thiébaut | 05/04/2019 .

Le président de l’agglo siégeant à la table du conseil de Marly, « un moment qui va marquer les annales », a dit Fabien Thiémé.

« Un moment qui va marquer les annales », a lancé le maire de Marly au moment d’accueillir le président de Valenciennes métropole pour un préconseil municipal extraordinaire ce jeudi soir. Golfeurs et jardiniers s’étaient amassés au fond de la salle. Ils attendaient tous des explications.

Le président de l’agglo, maire de Valenciennes, au conseil de Marly… devant un public fourni : « Je le fais rarement, mais ce moment est utile et important ». L’extension du golf de Valenciennes à… Marly et Saint-Saulve, c’est « un projet sorti des tiroirs », remontant à 25 ans, à l’époque de la CCVE (Communauté de communes de la Vallée de l’Escaut) présidée par la maire de Saint-Saulve Cécile Gallez (1993-2000). Et finalement, le projet a bien été reconnu d’intérêt communautaire le 7 février.

« Ce n’est pas pour faire comme au golf de Cambrai… On va faire quelque chose d’innovant, de déconnant »

Pour détendre l’atmosphère, Laurent Degallaix tente un mot d’humour : pour ce terrain de 120 ha, « on va vers une ZAC, une zone d’aménagement concertée, pour éviter que ça devienne une ZAD » (NDLR : les fameuses zones à défendre, comme à Notre-Dame des Landes, au vu de l’opposition déjà des jardiniers). Pas trop de réactions… alors il brandit une feuille blanche, car « ce projet, on doit encore le construire ». « Un projet global », qui ne se limite pas au golf, « la moitié (des 120 ha) serait suffisant » pour l’extension de 9 à 18 trous. Évidemment, il y a « les jardins familiaux à préserver et à développer ». Et le président s’enflamme : « ce n’est pas pour faire comme au golf de Cambrai », « on va faire quelque chose d’innovant, de déconnant » même !

Une feuille blanche, vraiment ?


Laurent Degallaix a beau brandir une feuille blanche, le maire de Marly, lui, esquisse déjà le tableau : un golf démocratisé, ouvert aux enfants – car « aujourd’hui, ils vont s’initier à Mormal ». Et Fabien Thiémé sort la liste du père Noël pour cette future « base de loisirs » : une piste pour marcher, une autre pour faire du vélo, un skate-park, une aire pour enfants, un plan d’eau… « Un lieu de loisirs et de promenades », résume le président qui entend aussi les écologistes lui souffler à l’oreille : « Et pourquoi pas une ferme pédagogique ? ». Objectif : « Que tout le monde vive bien ensemble »

Laurent Degallaix explique aussi la nécessité d’aménager là, au Grand Cavin, une zone d’expansion de crues, pour préserver les habitants du Rôleur et de Romainville. Doivent compléter la zone des logements et du tertiaire, « plutôt côté Saint-Saulve », nous a glissé Fabien Thiémé, car le plan local d’urbanisme côté Marly, ne permettrait pas de constructions. Enfin, ce PLUI peut aussi être modifié… Hein… Tout est négociable. Le maire de Marly veut créer un comité des sages pour faire des propositions, le président de l’agglo assure que son bureau reste ouvert. Mais quand même, la feuille n’est pas si blanche que ça, hein ?

Info ou intox ?

Intox. Mais pourquoi les jardiniers voient-ils déjà leur lopin de terre balayé par le swing des golfeurs ? À leur égard, Laurent Degallaix a eu ce mot : « On laissera les jardins là, si c’est leur souhait », précisant que rien n’est acté… et ne l’a jamais été. Ah bon, se sont étonnés les élus Alain Mamolo et Christian Hanquet qui visiblement avaient une lecture différente d’un récent bureau municipal, en présence déjà du maire de Valenciennes. « Vous vous étiez peut-être endormi ? », a sorti, cinglant, L. Degallaix au premier cité. Mais A. Mamolo nous l’a confirmé : le président de l’agglo aurait bien alors évoqué un déménagement des jardins au lieu-dit du « champ de tir ». Avant rétropédalage donc. Pour les jardiniers, Nathalie Vasseur a réagi : « On n’est pas contre une rénovation (…), de la sécurisation aussi », mais pas question de bouger de cette terre fertilisée par ses aïeuls : « on attend des garanties ».

Info.
Le parcours (de golf) s’annonce encore long avant le début « théorique » des travaux fin 2023. Il va falloir d’abord négocier avec les neuf propriétaires terriens, dont la Caisse d’Épargne qui détient les jardins ouvriers. La phase de concertation n’interviendra qu’au second semestre 2021. L’an suivant seront finalisés les acquisitions foncières et l’avant-projet. Une première ébauche avance un coût de 19 M.d’€. Et si on en profitait pour se montrer solidaire ? L’idée de Jean-Noël Verfaillie (même si la majorité a aussitôt revendiqué la paternité), a tilté dans l’oreille de L. Degallaix : la masse de béton déversée sur ces hectares pourrait peut-être profiter, à un tarif préférentiel, aux 60 riverains confrontés aux problèmes de comblement des carrières.