PSMarlydemain
30 mars 2019

Logement, emploi, Seine Nord… Les questions des maires à E. Macron

par La Section | Catégorie : Actualité Municipale | consulté 47 fois

Art : par Vincent Tripiana valenciennes@lavoixdunord.fr.

Anne-Lise Dufour a invité Emmanuel Macron à revenir à Denain. Le cliché de 2016 a été pris sur la zone des Pierres Blanches.

Pierre-Michel Bernard (Anzin), Laurent Depagne (Aulnoy-lez-Valenciennes) et Fabien Thiémé (Marly) étaient à l’Élysée, hier. S’ils n’ont pu s’adresser directement au président de la République, ils ont fait passer leurs revendications.

Dix par tables, une vingtaine de tables… La salle des fêtes du palais de l’Élysée a rassemblé beaucoup d’élus, hier, à partir de midi, venus, à la demande du président de la République, lui parler de leurs difficultés. Anne-Lise Dufour, Pierre-Michel Bernard, Laurent Depagne et Fabien Thiémé représentaient le Valenciennois… Pour une meilleure organisation, deux personnes par table ont été chargées de collecter les revendications et de les exprimer.

Le logement plus en crise que jamais

Pierre-Michel Bernard, le maire d’Anzin, a parlé pouvoir d’achat et logement : « Valenciennes est en défiscalisation, pas les autres communes. On n’a plus d’investisseurs privés et les bailleurs sociaux investissent moins, reculant les projets ou les annulant. » L’élu a également parlé de la suppression des emplois aidés.
Laurent Depagne est revenu sur des courriers qu’il a déjà envoyés à Paris : plusieurs Aulnésiens ont subi une augmentation des impôts locaux, « sans explications. Je pense qu’il s’agit d’une conséquence de la sortie de la politique de la Ville ». Tout cela servira-t-il à quelque chose ? « Je n’aurai pas le regret de ne pas avoir essayé, répond le maire d’Aulnoy-lez-Valenciennes. On avait une opportunité, on l’a saisie. »

Travaux du canal Seine-Nord

« Je suis venu porteur des 1 025 doléances des Marlysiens », a rappelé Fabien Thiémé, qui résume les demandes : l’augmentation de 200 euros du SMIC, la suppression de la récente augmentation de 1,5 % de la CSG, « pas de retraites en dessous de 1 400 euros », le retour à l’ISF, la chasse à la fraude fiscale. « Le président s’est engagé sur le début des travaux du canal Seine-Nord au deuxième semestre 2020 et demandera à la SNCF de revoir sa copie sur la suppression des TGV. »
]De l’aide pour les friches

« On avait chacun deux minutes de parole, explique Anne-Lise Dufour.
Le pouvoir d’achat, les retraites, l’emploi avaient déjà été évoqués, j’ai parlé des difficultés du Valenciennois et du Denaisis à requalifier les friches industrielles, avec des surcoûts prohibitifs, des retards. J’ai demandé une prise en charge, une aide plus forte de l’État. Emmanuel Macron a proposé de créer un comité de réflexion pour un traitement législatif différencié. Je l’ai invité à revenir à Denain. »